Archive pour le ‘Artistes’ catégorie

Un nouveau regard du spectateur vers la peinture !

11 février 2010

Les peintures de la première phase figurative de Jackson Pollock, initieront  l’abolition de la distanciation traditionnelle d’abord entre le sujet de la peinture et son objet puis entre le spectateur et la toile.

C’est ce que j’aborderai aujourd’hui avec l’établissement d’un nouveau regard suggéré par le peintre au spectateur.

» En lire plus:Un nouveau regard du spectateur vers la peinture !

La rupture avec la conception du tableau « fenêtre sur le monde »

10 février 2010

Pollock, drippings et pourings

J’espère que vous me suivez toujours dans ma volonté de montrer à quelle point l’œuvre de  Jackson Pollock a été novatrice dans son passage à l’abstraction. J’ai bien conscience que ces lignes peuvent parfois vous paraître abscons. Surtout n’hésitez pas à me faire part de vos remarques !

» En lire plus:La rupture avec la conception du tableau « fenêtre sur le monde »

Plus de distanciation entre le sujet… et l’objet de la peinture !

9 février 2010

Bonjour, je vais traiter aujourd’hui de l’abolition de toute distanciation qui s’exhale des œuvres de Pollock à l’insu même de l’artiste. J’ai bien conscience qu’il peut être acrobatique de me suivre dans mon analyse. Accrochez-vous, les billets se suivent et se renvoient en écho !

Ce billet vous apparaîtra peut-être un peu théorique. Il vous aidera à comprendre l’œuvre de Pollock et la peinture abstraite en général. C’est du moins le dessein que je caresse depuis la création de ce blog et ce que j’espère.

Pollock par Hans Namuth et Paul Falkenberg

» En lire plus:Plus de distanciation entre le sujet… et l’objet de la peinture !

L’inconscient sans ligne de contour

8 février 2010

Telle une odyssée, la série sur l’œuvre de Pollock continue plus que jamais ! Rappelons que La couleur informe s’amorçait déjà dans sa première de figuration.  De dionysiaque, j’espère vous montrer qu’elle prendra, au fil de la création, une tournure nettement plus apollinienne.

Dans son « entreprise de démolition » visant à retrancher dans leurs dernières limites la figuration traditionnelle comme la peinture de chevalet, Pollock usera et abusera de deux types d’armes : la première (le lâcher des formes inconscientes a été traitée dans le billet précédent), la seconde consistera dans l’inconscient sans ligne de contour. Ce sera l’objet du billet d’aujourd’hui !

» En lire plus:L’inconscient sans ligne de contour

L’ennemi à abattre

2 février 2010

Bonjour, voici le second volet de cette ode à la couleur . J’entends vous expliquer dans quelle mesure Pollock a bouleversé tout autant le champ de la figuration traditionnelle que celle de l’abstraction géométrique nouvelle associées à la pratique séculaire de la peinture de chevalet en occident.

» En lire plus:L’ennemi à abattre

La couleur informe dans l’oeuvre de Jackson Pollock

1 février 2010

Bonjour, retour vers l’aventure chromatique ! Je vais consacrer une série de billets à l’œuvre de Jackson Pollock (1912, Cody – 1958, Springs New York). Pour qui s’intéresse à l’abstraction et à la couleur, Jackson Pollock est l’artiste qui incarne peut-être le mieux l’expressionnisme abstrait américain dans sa tendance gestuelle, l’action painting. Je laisserai de coté les peintres du Color Field comme Ad Reinhart ou encore Marc Rothko. J’espère que ces quelques lignes sauront vous captiver comme m’a envoûtée l’œuvre de Pollock.

Jackson Pollock au travail sur Autumn Rhythm: Number 30, 1950
Photo: Hans Namuth
© 2008, ProLitteris, Zurich

» En lire plus:La couleur informe dans l’oeuvre de Jackson Pollock

Pour aller plus loin

7 janvier 2010

On le voit, De Chirico fut le principal acteur du mouvement Métaphysique. Il a surtout insufflé son souffle créateur chez les artistes surréalistes avec le primat donné à l’écriture du songe, à  l’inconscient, à  l’auto analyse et au monde intérieur, à l’univers du souvenir. Il se positionna dès le départ comme le propagateur inspiré des découvertes freudiennes.«  Il ne faut pas oublier qu’un tableau doit être toujours le reflet d’une sensation profonde et que profond signifie étrange et étrange signifie pas connu »a-t-il pu dire.

L »univers onirique de De Chirico procède d’une déréalisation globale de la réalité et de ses apparences. Picasso s’attachait, avant tout, à disloquer les formes, à les transformer. De Chirico transforme la réalité sans que les formes figurées par son métier lisse ne soient altérées un peu comme un arrêt son sur une image en suspens.

» En lire plus:Pour aller plus loin

Giorgio de Chirico, un artiste « décalé » voire régressif vers la fin de sa vie

6 janvier 2010

Bonjour, je vous livre aujourd’hui l’épisode ultime consacré à au cerveau de l’enfant de De Chirico.

» En lire plus:Giorgio de Chirico, un artiste « décalé » voire régressif vers la fin de sa vie

Le caractère anticipateur du « cerveau de l’enfant » au regard du mouvement surréaliste

5 janvier 2010

Bonjour, voici le deuxième épisode du Le cerveau de l’enfant au regard du mouvement surréaliste ! » En lire plus:Le caractère anticipateur du « cerveau de l’enfant » au regard du mouvement surréaliste

La singularité spécifique du « cerveau de l’enfant » dans sa période métaphysique

4 janvier 2010

Je vous livre ici une analyse tout-à-fait personnelle du  » Cerveau de l’enfant ».  Libre à vous d’y adhérer et de la commenter ! Je serai heureuse de lire vos réactions.

Elle se déroulera en plusieurs épisodes dont voici le premier !

La singularité intrinsèque du cerveau de l’enfant dans sa période métaphysique


» En lire plus:La singularité spécifique du « cerveau de l’enfant » dans sa période métaphysique